Festival – Lollapalooza 2 ème édition Parisienne

Festival – Lollapalooza 2 ème édition Parisienne

Pink Inside, c’est avant tout l’amour de la musique. Quand j’étais sur OÜI FM, je démarrais l’émission en disant ” Le moment le plus électrique de votre journée a commencé ! ” derrière cette phrase, j’avais envie qu’on ressente l’envie de faire un concert dans sa voiture, dans le métro, dans le bus, dans sa chambre…dans son bureau à travers mes mots et la musique que je diffusais. Et par dessus tout, ce que j’aimais, c’était raconter les concerts auxquels j’avais assistés.

Il y a une semaine, j’ai été à mon 3ème festival de l’année, le Lollapalooza. L’affiche était  belle, elle a surtout été embellie par la présence du nom de Noel Gallagher’s High Flying Birds. Il était ma principale motivation. J’ai également été séduite par le live de VALD, j’ai fait une sieste d’environ 45 minutes pendant le set de Dua Lipa…je me suis pris une claque monumentale par les Gallois de Stereophonics…C’est surtout la voix de Kelly Jones qui m’a littéralement scotchée tellement elle est pleine d’émotions, de fractures et de tous les autres sentiments que l’on peut ressentir à chaque étape de nos vies. Je me rappelle même avoir murmuré quelques ” putains de merde ” tellement la claque était violente et intense.

Il y a également eu le set de Nekfeu, évidemment, ce fameux set qui a tant fait parler de lui. Oui, Monsieur Nekfeu a quitté la scène 10 minutes après l’heure prévue ce qui a entrainé une battle intéressante ( Ou ridicule ) entre les Killers et lui.

J’ai été surprise par la tenue de la plupart des festivalières…j’ai l’impression qu’elles s’étaient toutes données le mot du : Mini Short / Talons de 35 centimètres pour être certaines de les enfoncer dans l’herbe et le sable et du coup avoir du mal à tenir debout les trois quarts des concerts sans oublier l’appareil photo reflex pour le défilé de mode improvisé à l’hippodrome de Longchamp. Je ne sais pas si c’est parce que je suis une amoureuse des concerts et de la musique, mais diantre que j’ai été quelque peu bousculée par la population de ce festival qui j’en ai l’impression avait envie de tout sauf d’assister à des concerts…Quand tu payes ta journée 80 euros et les deux jours presque la double, réserve un coin de ton cerveau pour te dire qu’un photoshoot Hashtag French Coachella aurait pu avoir lieu il y a de cela quelque mois pour beaucoup moins cher lors du festival We Love Green. A la rigueur, si vraiment t’as envie de défiler.

Je n’alimenterai même pas ce débat sur l’eau potable qui s’est avéré ne pas l’être au final puisque des centaines de festivaliers sont tombés malade juste après même si le compte twitter du Lollapalooza a affirmé que l’eau était définitivement potable..Chacun se fait son avis…

Mais en vrai, j’étais contente hein !

Mais assez craché mon venin, je vais parler amour. Ma journée a été illuminée une fois de plus par Noel Gallagher. Très peu bavard, (Je pense surtout qu’il ne se remettait pas que la France soit Championne du Monde…Noel et le foot c’est un peu comme Macron, Benalla et le manque de respect envers nous, ça va clairement bien ensemble), un peu fatigué mais peu importe, à mes yeux, sa voix reste la plus belle et la plus rassurante de l’univers tout entier. J’ai l’impression d’être une adolescente qui écrit encore sur son skyblog quand je parle de lui, mais en même temps, elle est là, la vraie magie : Me permettre de toujours aimer la musique comme quand j’avais 13 ans. Ne jamais être blasée, avoir les larmes aux yeux, détruire mes cordes vocales tellement le bonheur est présent. C’est ça qui me fait vibrer et c’est pour ces moments là que je vis aujourd’hui. Ces moments où un artiste que j’admire réussit à réunir des milliers de personnes qui synchronisent leurs émotions, leur voix et leur joie. Je ne suis pas quelqu’un de complètement difficile, je veux juste éviter d’être blasée par ces plaisirs simples.

En conclusion, pas mal de côté négatifs lors de ce festival, mais quand on se concentre sur le reste, eh bien finalement, seuls les bons souvenirs occupent mes pensées et c’est ce que l’on devrait tous faire pour éviter des pics de colère, des crises d’angoisse ou autre, on devrait prendre le temps de se concentrer sur le côté positif des évènements. Je ne dis pas que le but est d’aller bien tout le temps, puisque ça n’existe pas. Mais de temps en temps, se laisser le temps de souffler pour apprécier les bons moments. Mon bon moment, c’était ce concert de Noel Gallagher un dimanche de canicule.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.